Accueil > Dans les médias
Espace adhérent
Dans les médias
Interview Diéséliste de France
Laëtitia Le Pouliquen

Interview par Yann Le Moal de Laëtitia Le Pouliquen, dirigeante de la société Verneuil Electro Diesel, basée à Verneuil sur Avre (27). Spécialiste de la gestion moteur depuis 1976.

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Interview Diéséliste de France
Valérie et Pascal

Interview par Yann Le Moal de Valérie et Pascal, dirigeants de la société Argenteuil Electro Diesel, basée à Argenteuil (95). Spécialiste de la gestion moteur depuis 1969. Membre de l'association Diéséliste de France.

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Interview Diéséliste de France
Laurent Deleplace

Interview de Laurent Deleplace, dirigeant de la société DELEPLACE, implantée à Champigny sur Marne. 
Spécialiste Gestion moteur depuis 1938. La société est membre de l'Association Diéséliste de France, et Laurent Deleplace en assure la vice-présidence.

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Interview Diéséliste de France
Lionel Pelletier

Interview par Fabrice Godefroy de Lionel Pelletier, dirigeant de la société ETS Pelletier, basée à Champlan (91). Spécialiste de la gestion moteur depuis 1936. Membre de l'association Diéséliste de France.

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Interview de Fabrice Godefroy pour Auto K7
Réalisée par Denis Astagneau

Etat des lieux et idées reçues sur le diesel sont évoqués dans cet interview pour Auto K7

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Diéséliste de France reste actif dans les médias
Medley de différentes interventions

Retour sur les interventions de Patrice Godefroy, Fabrice Godefroy et Yann Le Moal.

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Fabrice Godefroy s'exprime sur Le Mobiliste.
Retour sur le "dieselgate" de Volkswagen

Il évoque aussi les axes de contre-communication qui auront été évoquées lors des 2èmes Etats Généraux de Diesliste de France, à l'occasion du salon Equip Auto 2015.

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
"Pastilles vertes"
Présentation faite par Ségolène Royal

Jugeant le système de circulation alternée très injuste, car un véhicule polluant peut quand même circuler s'il a la bonne plaque, la ministre de l'Ecologie présente un système de pastilles qui permettra aux forces de l'ordre, en cas de pic de pollution, d'identifier les voitures en fonction du niveau d'émission de particules.

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
La voiture électrique pas si écolo !
Un reportage de Martin Mischi

Diffusé en octobre sur France 5, ce reportage lutte contre les idées reçues et démontre que la voiture électrique est synomyme d'une certaine délocalisation de la pollution.

Très instructif !

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Extrait du Soir 3 du 25.09.2014
Retour sur les états généraux du diesel

Quand une jeune association organise un évènement pour combattre les idées reçues sur le Diesel !

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Revue de Presse en Images
Retour sur les temps forts médiatiques de l'association
Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Vers une nouvelle version du bonus-malus automobile ?
Un reportage France 3 du 17 juin 2014

C’est la proposition de la sénatrice écologiste Aline Archimbaud. Le bonus-malus actuel, édicté selon les émissions de CO2 des véhicules, se doublerait d’un bonus-malus établi selon les émissions de particules fines et d’oxyde d’azote.

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Projet de taxation du diesel : un
Projet de taxation du diesel : un "florilège d'inepties"
Diéséliste de France a vivement réagi face au projet de loi de taxation du Diesel.

Le 5 mai dernier, Aline Archimbaud, sénatrice EELV de Seine-Saint-Denis et secrétaire de la commission des affaires sociales, déposait au Sénat une proposition de loi pour la taxation à l’achat de nouveaux véhicules Diesel, sous l'appellation "Diesel : protéger la santé, transformer les emplois", en instaurant une taxe de 500 euros, réévaluée chaque année. L'objectif final consistant à " décourager les nouveaux acquéreurs, jusqu’à parvenir à la disparition de la branche du diesel. Celle-ci devra être compensée par une nécessaire reconversion de cette filière pour garantir l’emploi de ses 10 000 salariés."

Pour l'association Diéséliste de France, ce projet de loi va "à l'encontre de toute logique. Cette option pénaliserait l'entrée sur le marché des nouveaux Diesel, tous équipés de filtres à particules extrêmement efficaces, arrêtant 99.9% des particules fines, et qui répondent à une réglementation européenne très stricte." Et lors des états-généraux du Diesel, qui se sont déroulés le 5 avril dernier, les experts ont clairement démontré que les Diesel modernes polluent moins que les moteurs essence ! D'ailleurs, l'association souligne que certaines motorisations gazole bénéficient d'un bonus écologique. Comment expliquer que l'état donne d'un côté pour "récompenser" la faible émission de CO2, pour ensuite taxer ce même modèle parce qu'il s'agit d'un Diesel ?

Par ailleurs, l'association souligne que ce projet de loi ne tient pas compte de la vraie source de pollution – le parc ancien -, ni des contraintes métier - PL, bus et car roulent tous majoritairement au Diesel. 

Des solutions existent

D'ailleurs, l'association profite de ce débat pour proposer ses solutions face à un problème de société réel. "Oui, il faut rajeunir le parc des véhicules Diesel les plus anciens, le tout est de mettre en place des solutions adaptées pour y parvenir au mieux, dans les plus brefs délais", commente Fabrice Godefroy, président de l'association.

Ainsi, elle demande un crédit d'impôt pour aider au rajeunissement du parc. Sans parler de prime à la casse, il s'agit de donner la possibilité aux automobilistes de passer d'un véhicule Euro 3 à Euro 5, avec l'achat d'un VO. Et, dans le cas du PL, il s'agirait d'aider au rétofit des véhicules. Diéséliste de France appelle également à une redéfinition du contrôle technique, pour inclure un volet pollution. 

Enfin, l'éco-entretien revient à nouveau dans le dialogue. Diéséliste de France rappelle que le programme consiste à identifier les véhicules anormalement polluants, en diagnostiquant des dysfonctionnements moteurs, des émissions excessives, à l'aide d'outils de diagnostic spécifiques. Il s'en suit des opérations simples d'entretien qui permettent de récupérer un véhicule au niveau de pollution de sa sortie d'usine.

L'article de Clotilde Chenecoy de J2R auto est ici

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Diesel : la grosse partie des particules ne vient pas de l'échappement
Diesel : la grosse partie des particules ne vient pas de l'échappement
Les émissions de particules proviennent moins des échappements que de l'usure des pneumatiques et des freins

Suite aux récents pics de pollution (fin mars), les véhicules Diesel, dominants dans notre parc automobile, ont encore été pointés du doigt alors que la majorité des émissions provenaient de l’épandage agricole. La semaine dernière, des sénateurs écologistes se sont saisis de ce malheureux évènement pour justifier une proposition de loi visant à taxer l’immatriculation de véhicules Diesel neufs. La nouvelle maire de Paris, Anne Hidalgo, a elle réaffirmé sa volonté d’éradiquer le Diesel. Enfin, Ségolène Royal, nouvelle ministre de l’Ecologie, a également appelé à "en terminer petit à petit avec les voitures Diesel" pour les remplacer par des véhicules électriques. Engager une transition vers un type de motorisation sans émissions directes est une bonne chose, mais la justifier par le problème sanitaire que poseraient les émissions particulaires des véhicules Diesel est délicat car "la grande majorité des particules des véhicules Diesel récents n’est pas émise à l’échappement", explique Jean-Paul Morin, chercheur à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm).

35% des émissions de particules du trafic routier proviennent d’autres organes
Selon les données 2010 publiées par Airparif, en Ile-de-France, 25% des émissions de particules fines (PM10) provenaient du trafic routier, dont 59% des véhicules Diesel (33% VL, 19% VUL et 7% PL). Pour autant, 35% des particules émises par le trafic routier n’étaient pas émises à l’échappement des véhicules mais dues à l’abrasion des routes, des freins (plaquettes et disques) et des pneumatiques.
"En 2010, les véhicules Diesel étaient catalysés mais le filtre à particules (FAP) n’était pas encore obligatoire. Aussi, un véhicule Diesel Euro 2 (avec catalyseur d’oxydation mais pas de FAP, NDLR) parcourant environ 40 000 km émettait en moyenne 4 kg de particules à l’échappement, 4 à 6 kg de particules provenant de l’usure des pneus et 1 kg venant de l’usure des freins. Aujourd’hui, un véhicule Diesel aux normes Euro 5 avec FAP émet toujours autant de particules dues à l’usure des pneus et des freins alors qu’à l’échappement, il n’en émet que 200 grammes", souligne Jean-Paul Morin. 
En d’autres termes, moins de 5% des particules des véhicules Diesel avec filtre à particules, qui représentent aujourd’hui 50%  des kilomètres parcourus par les véhicules légers Diesel, sont émises à l’échappement. 
Les pneumatiques et les freins vont donc bientôt devenir la première source d’émissions de particules des véhicules particuliers, et ce quelle que soit leur motorisation.

Des programmes de recherche en cours
Les pneumatiques émettent des particules de noir de carbone et de silice. Les premières sont cancérigènes. Les effets des deuxièmes sur la santé n’ont pas encore été identifiés. Les particules issues des organes de freinage sont des oxydes de métaux, très dangereux pour la santé.
Pour réduire les émissions de particules des freins, des chercheurs travaillent à la création d’aspirateurs à particules au niveau des plaquettes. "Le travail sur la récupération d’énergie au freinage est également une source de réduction de ces émissions", précise M. Morin. Des appels d’offre à programme de recherche européens ont également été lancés pour développer d’autres méthodes de réduction des émissions de particules issues du freinage. 
Concernant celles des pneumatiques, certains manufacturiers comme Michelin ont décidé de ne plus introduire de nano particules de silice et de noir de carbone dans leur pneumatique et de les remplacer par des agrégats de particules. "Le problème, c’est qu’à l’usure, ces agrégats forment eux aussi des particules de taille inférieure à 10 microns, inhalables", affirme M. Morin. 
Faudrait-il alors réglementer désormais les émissions de ces organes pour réduire les émissions de particules ? "Progresser sur cette question est nécessaire mais il faut relativiser les choses. En 2010, en Ile-de-France, la combustion du bois générait trois fois plus de particules que le trafic routier. Les vrais potentiels de réduction d’émissions sont donc peut-être dans d’autres secteurs", souligne M. Morin.

Article à lire sur autoactu.com

 

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Retour sur les états généraux du diesel
Retour sur les états généraux du diesel
Faire reconnaitre le savoir-faire des diésélistes et lutter contre les idées reçues

Quel bilan tirez-vous de cette manifestation ?

Nous voulions à la base faire une grande journée sur le thème de la gestion moteur pour les spécialistes. Le fil rouge était en effet la partie diesel, car on entend beaucoup de choses, et en particulier des idées reçues qui ont dix ans de retard. Le diesel est diabolisé, alors qu’il est dépollué aujourd’hui. C’est pour cette raison que nous avons demandé aux équipementiers de venir faire un salon high-tech afin de présenter leurs nouveautés techniques. Les 800 professionnels qui étaient présents, dont des garages, des dieselistes, des grossistes et des exploitants de flottes, ont pu ainsi constater que des progrès avaient bien été réalisés. Nous avons voulu aussi rétablir les faits à travers une table ronde d’experts. L’objectif était de rassurer les professionnels, qui ne sont ni des experts en toxicologie, ni en communication.

Et le message est passé ?

Les pics de pollution ont contribué à faire du buzz. Nous avons donc été sollicités, tant par la presse professionnelle que par des médias grand public. C’est maintenant aux professionnels de relayer les messages. Nous leur proposons un site moderne et un lien vers les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Dailymotion et YouTube.

Pourquoi avoir monté une association visant à regrouper les dieselistes ?

Ces experts ne sont pas connus, ni reconnus par le grand public. Or, ils sont 400 en France et sont des experts pour la réparation et l’entretien des véhicules diesel, anciens comme modernes. Si je devais faire le parallèle, c’est un peu comme les spécialistes par rapport à un médecin généraliste. Ce n’est pas un métier facile, car la technologie évolue vite et il faut à la fois se former et s’équiper. Sous-traitant des garages, les dieselistes ont besoin d’être valorisés. Nous avons à ce jour une cinquantaine d’adhérents. L’objectif est d’arriver à une centaine en fin d’année.

Tous les spécialistes en conviennent, le diesel a fait des progrès. Mais, ses performances peuvent se dégrader dans le temps. Soutenez-vous par exemple la démarche d’éco-entretien ?

Evidemment. La société Spheretech, qui a mis au point un outil d’analyse 5 gaz pour mesurer la pollution des véhicules diesel, était présente aux Etats Généraux. Yves Riou, Délégué Général de la FEDA est également intervenu sur ce sujet lors de la table ronde des experts. Il faut éviter les dérives et faire en sorte que le contrôle technique évolue pour prendre en compte les émissions polluantes.

Quelles solutions peuvent être déployées pour assainir le parc roulant ?

Il existe des solutions de rétrofit avec des équipementiers spécialisés. Cela se fait en Angleterre, en Allemagne et au Danemark par exemple. Une société comme Eminox a par exemple équipé 7500 véhicules en France, dont 4000 bus de la RATP. Ces équipements sont plus destinés aux bus et aux poids-lourds. Il faut compter un investissement de 5 000 € pour l’installation de cet équipement. Pour les véhicules légers anciennes générations, la solution existe mais son coût est d’environ 500 euros. C’est un investissement qui mériterait un coup de pouce de l’Etat. Si les pouvoirs publics voulaient vraiment dépolluer le parc existant des voitures de plus de 10 ans, diesel comme essence, il faudrait mettre en place une sorte de prime à la casse. Pour notre part, à IDLP, nous réfléchissons au rétrofit.

*Un groupe familial, spécialisé dans les ateliers mécaniques (et en particulier le diesel) et la distribution (produits mécaniques, freins, filtration), qui réalise 115 M d’euros de chiffre d’affaires et emploie 450 personnes.

Interview à lire sur le blog des réparateurs et des carrosiers.

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
L'Association réagit face à la proposition de loi des Verts.
L'Association réagit face à la proposition de loi des Verts.
Loi anti-Diesel :

« En tant que spécialiste de la gestion moteur Essence, Diesel et Hybride nous pensons vraiment pouvoir apporter un nouvel éclairage dans le débat autour du Diesel pour peu que l'on nous intègre aux réflexions sur le sujet. Oui, il faut rajeunir le parc des véhicules Diesel les plus anciens, le tout est de mettre en place des solutions adaptées pour y parvenir au mieux, dans les plus brefs délais ». Réaction de Fabrice Godefroy, Président de l'Association Diéséliste de France, face à la proposition de Loi des Verts de carrément supprimer en 10 ans le Diesel du marché. Pour ce dernier, les Verts accusent le Diesel « de tous les maux en matière de pollution, en dépit du bon sens ». Le président reprend les points « incohérents » selon lui qui apparaissent dans la proposition des écologistes : Taxer le véhicule Diesel nouvelle génération « qui aurait pour effet direct de freiner l'arrivée sur le marché des véhicules les plus propres à ce jour (norme Euro  6) : un paradoxe incompréhensible ! ». Bannir le Diesel moderne, « à contre-courant de la tendance mondiale. Etant moins polluant en CO2 (à l'origine des gaz à effet de serre) que l'essence, il se développe largement dans les autres pays du monde » souligne Fabrice Godeffroy qui ajoute que la quasi-totalité des VUL et PL ont une motorisation Diesel. « Quelle alternative propose ce projet de loi pour cette partie du parc roulant ? ». Selon lui, cette loi irait également à l'encontre du système de Bonus/Malus actuellement en vigueur. « Certains modèles de véhicules Diesel bénéficiant actuellement d'un bonus pour leur faible niveau de rejets de CO2, pourraient parallèlement être soumis à cette nouvelle taxe ! ». Enfin, ce projet de loi n'est en rien une réponse au problème des vieux véhicules Diesel en circulation. Les plus polluants appartiennent aux ménages les plus modestes qui ne pourront pas, pour la grande majorité d'entre eux, acheter un véhicule neuf pour le remplacer. « Si cette loi était votée, une nouvelle taxe de 500 euros, réévaluée chaque année de 10 %, sur les certificats d'immatriculation des véhicules diesel neufs verrait le jour afin de dissuader les acquéreurs de véhicules neufs d'opter pour un véhicule Diesel ».  
Parmi les suggestions que propose l’association pour rajeunir le parc Diesel et diminuer les émissions nocives, on trouve celle du crédit d'impôts pour permettre à des foyers possédant un véhicule de type Euro 5 de s'équiper d'un véhicule Euro 6. Selon le même principe, Il faudrait également inciter les propriétaires d'un véhicule Euro 2, 3 ou 4 à s'équiper d'un véhicule Euro 5 d'occasion par une subvention. L’éco-entretien, le rétrofit et l’évolution du contrôle technique complètent le panel.

L'article est aussi à lire dans Zepros

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Dr Jean Paul Morin
Interdire le diesel ne serait pas une bonne idée

"Il faut en terminer petit à petit avec les voitures diesel", affirme Ségolène Royal, la ministre de l'Écologie. Mais, le toxicologue Jean-Paul Morin n'est pas de cet avis.

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Une journée pour soutenir le diesel
Une journée pour soutenir le diesel
Pour la première fois, des équipementiers et des chercheurs se sont réunis pour vanter les mérites du diesel et lutter contre les idées reçues...

"Nous attendions de dernières études pour le confirmer et maintenant nous pouvons le dire haut et fort, le diesel ne pollue pas plus que les autres énergies et même que l'électricité si l'on ose faire un réel bilan du puits à la roue des véhicules électrique", affirme Patrice Godefroy, PDG de la société IDLP et organisateur de la première journée des États généraux du diesel. 

 


Une journée de débats et de conférences accompagnée d'un salon où une quarantaine d'équipementiers spécialisés dans ce carburant présentait les dernières innovations dans cette motorisation. 

Objectif ? Prouver que les dernières générations de moteurs diesel polluent moins que celles fonctionnant avec d'autres carburants. "C'est vrai, poursuit Fabrice Godefroy, directeur général d'Idlp et président de l'association des diésélistes de France. "La somme des polluants (particules fines y compris) est quatre fois moins importante pour le diesel que pour l'essence. Et entre la norme  Euro 5 actuellement en vigueur et celle Euro 6 qui concernera les véhicules mis en circulation à partir de septembre  2015, les polluants seront divisés par 3 pour les motorisations Diesel contre une stabilité pour l'essence." 

Pour en lire plus : Cliquez ici

Partager sur Facebook Partager par mail
Dans les médias
Pollution ?
Pour un assainissement du parc roulant avec le Diesel !

Fabrice Godefroy, président de l'association "Diésélistes de France", argumente sur les prouesses techniques effectuées depuis quelques années, pour réduire les émissions de pollution des moteurs Diesel.

Partager sur Facebook Partager par mail

Qui sommes-nous ?
L'association Diéséliste de France est une association à but non lucratif composée de professionnels du moteur diesel qui a pour vocation d'informer le grand public et les professionnels afin de les assister dans l'entretien et la réparation de leur moteur diesel.

Trouvez
Votre Diéséliste
à côté
de chez vous
>>
Découvrez
Notre programme
dédié à la
dépollution moteur
>>
Plan du site
Espace Presse
Le blog des diésélistes
Contactez-nous
Mentions légales

Adhérents :
Suivez nous sur :